Sep 15

Swim & Run Colmar 11.09.2016

Un nouveau concept venu des pays nordiques et revisité par le Club de Triathlon de Colmar. Une belle journée de septembre sous 30°!!

Pour les 8-11 ans : 50m natation / 500 m course à pied X 2

Sur les 31 boys finishers

19  TORNOW Léopold   FRA n°268  14 PUM   12min09

Léopold

Léopold

Pour les 12-15 ans : 200m/1 km X 2

Sur les 15 girls

8  SIEGEL Emma   4 BEF 18min49

Emma

Emma

Sur les 33 boys

22   FISCHBACH LUCAS    12 BEM  18min01

Lucas

Lucas

 

Découverte solo : 200m/3 km X 3

Classement femme sur 19

10  SIEGEL Audrey    4 VEF  01h08:30

Classement homme sur 92

55  FISCHBACH STEPHANE    23 VEM  01h07:10

66  TORNOW Laurent    28 VEM   01h08:13

img_2116

Lien Permanent pour cet article : http://www.triathlon-wantzenau.org/2016/09/swim-run-colmar-11-09-2016/

Sep 15

Evergreen 118 10.09.2016

 

EVERGREEN 118

118KM / 3500M+

Evergreen 118 est un triathlon longue distance « L » ou « half-iron » avec une seule boucle de natation, un parcours vélo et une épreuve pédestre composée d’une seule boucle de course à pied dans la Vallée de Chamonix.
 Natation :  2km dans le Lac de Montriond, près de Morzine.
 Vélo : 99,4km sur route avec un terrain varié et un dénivelé positif de +2164m. Lac du Montriond – Chamonix.
 21,1km course à pied en terrain de montagne (une seule boucle) avec un dénivelé positif de +1410m. Chamonix – Chamonix.

profil_eg118

 

video-1

 

Sur 115 finishers

SWIM BIKE RUN TOTAL
5 SIEGEL Alain 29min49   3h21:34 7h42:00
51 MARTIN Laurent 40min52 4h17:28 4h23:46 9h38:05
66 LAUER Marc 41min05 4h18:56 4h49:31 10h06:41
98 STROH Patrick 39min24 4h42:36 5h58:07 11h34:50
Alain

Alain

Laurent

Laurent

Marc

Marc

Marc

Marc

Patrick

Patrick

Le soleil a brillé toute la journée et c’est avec des étoiles plein les yeux que sont revenus nos 4 triathlètes avec un super podium de 3ème vétéran pour Alain!! Bravo les warriors!!

Le très bon after race

Le très bon after race

Lien Permanent pour cet article : http://www.triathlon-wantzenau.org/2016/09/evergreen-118-10-09-2016/

Sep 13

Triathlon Gérardmer 3 et 4 Septembre 2016

3681

Un des must de la saison de triathlon …..le très célèbre Triathlon de Gérardmer et ses nombreux formats de course.

 

3 de nos vaillants triathlètes ont passé la ligne d’arrivée du XL le samedi sous le beau temps

Sur les 1390 finishers (1.9/90/21 km)

SWIM BIKE RUN TOTAL
120 LAMI Bruni 32min16 3h06:41 1h44:18 5h27:39
546 DE MURCIA Vincent 36min17 3h27:15 2h05:00 6h15:23
879 TELETIN Marius 36min09 3h47:21 2h12:36 6h49:22

Bruno

Bruno

Bruno

Bruno

Vincent

Vincent

Brice s’est lui retrouvé seul sur le DO du dimanche avec pluie, vent et petite température au programme.

 

Sur les 752 finishers (1.5/40/10 km)

SWIM BIKE RUN TOTAL
305 SOMENZI Brice 32min21 1h41:49 53min16 3h12:12

 

Brice

Brice

Brice

Brice

 

Bravo les boys!!

Lien Permanent pour cet article : http://www.triathlon-wantzenau.org/2016/09/triathlon-gerardmer-3-4-septembre-2016/

Sep 04

Malterdingen 21.08.2016

breisgau_triathlon_2012_20120908_1804774944

Un incontournable de l’été…le triathlon de Malterdingen avec ses 2 formats proposés qui ont bien sûr alléché nos Wantzenauviens. Météo un peu capricieuse mais organisation au top…comme d’habitude : on reviendra!! 2 podiums pour nos vétérans : 3ème M45 pour Yves et 3ème W40 pour Audrey.

JEDERMAN 

 

SWIM BIKE RUN TOTAL
31 PFLEGER Yves 11min49 58min10 29min17 1h42:23
58 SPASSKI Dominique 11min22 1h01:44 32min18 1h47:36
59 GABEL Olivier 10min01 59min35 34min40 1h47:44
96 SCHIFF Martial 12min05 1h01:53 34min05 1h51:54
110 JUND Benoit 11min16 1h04:19 34min11 1h53:22
123 STROH Patrick 10min50 1h04:03 36min38 1h55:10
132 WALTZ Lydia 11min15 1h06:38 34min11 1h55:47
216 ADAMSON Brian 13min51 1h11:15 42min47 2h13:04

20160821_082951 20160821_074124 (1)

MITTELDISTANZ 2/80/21 Km

 

SWIM BIKE RUN TOTAL
30 SIEGEL Alain 29min07 2h28:54 1h35:55 4h3713
169 SIEGEL Audrey 42min24 3h18:51 2h16:50 6h24:00

Alain

Alain

IMG_3406

BRAVO à tous!!

Lien Permanent pour cet article : http://www.triathlon-wantzenau.org/2016/09/malterdingen-21-08-2016/

Sep 04

Triathlon Mont Blanc 21.08.2016

half_mbt_dates

Très belle organisation pour ce Triathlon au pied du Mont Blanc sur le site du Lac de Passy

Stéphane a emmené toute sa famille sur l’épreuve, choisissant lui de participer au M le samedi et d’encourager ses garçons le dimanche

bannière-courte-distance

Sur 329 finishers

SWIM BIKE RUN TOTAL
199 FISCHBACH Stéphane 30min05 1h14:35 51min01 2h37:59
Stéphane

Stéphane

 

bannière-avenir-1parcours_avenir_11

41/75 FISCHBACH Loic 15min18
Loic

Loic

 

triathlon-avenir-2 parcours_avenir_2

20/63 FISCHBACH Lucas 32min28
Lucas

Lucas

 

BRAVO à toute la famille!!

Lien Permanent pour cet article : http://www.triathlon-wantzenau.org/2016/09/triathlon-mont-blanc-21-08-2016/

Août 26

Triathlon CD Embrun 2016

Merci à Brice pour ce superbe compte rendu!

 

DSC_2097

Présent depuis fin juillet, j’avais déjà bien eu le temps de m’acclimater à l’altitude, à l’air sec et au vent, spécifiques à Embrun. Outre quelques sorties plaisirs à vélo (cols Agnel, du Lautaret et du Galibier ou rouler avec mon père), j’avais bien préparé la CAP avec une reconnaissance tant de la nouvelle boucle de l’Embrunman (14 km à effectuer 3 fois) que celle aussi inédite du CD (10 km) avec la particularité de ne plus faire le tour du plan d’eau mais plutôt un serpentin sous le roc d’Embrun, au niveau des jardins ouvriers. De beaux faux-plats mais quasi que du macadam.

L’ayant déjà fait l’an passé, je décidais de refaire le format M cette année pour améliorer mon chrono et invitais mon pote Vincent de Murcia à se joindre à moi en venant passer une semaine embrunaise dans ma famille.

La météo fut exceptionnelle cette semaine du 10 au 17 août 2016.

À peine arrivé, on partait se reposait au plan d’eau et on allait faire la reco de la CAP.

On devait courir tout tranquille, on a fini à 4’25″/km… Après 750 km et 8 heures de voiture, c’est un bon moyen de délasser ses gambettes !

On a pu faire la reco vélo, précieuse pour Vincent, afin de gérer son effort dans les Puys dès les premiers coups de pédale et aussi mieux appréhender la descente, assez dangereuse et technique au niveau de Prunières, juste avant de retrouver la RN et le pont de Savines.

La prépa fut parfaite si ce n’est un point négatif pour moi.

En effet, chaque fois que je vais nager dans le plan d’eau, cela me déclenche une rhinite assez « chiante » sur 48h… Eternuements et nez qui coule H-24 ! J’en avais déjà parlé à Marcouille Flashmaqui qui m’expliquait qu’il était repassé au pince-nez quant à lui. Difficile pour moi, car on ventile carrément autrement. Peut-être n’aurais-je pas le choix.

4 jours avant ça n’a pas loupé… La cata même.

D’habitude je peaufinais ma prépa nata à la piscine municipale d’Embrun, en travaux tout l’été et ce jusque 2017…

On fera avec.

La veille, j’insiste pour faire une séance de déblocage, séance clé sur ce type de format, assez court et donc violent quant à l’intensité. Vincent se prête volontiers au jeu et sur Home Trainer, sur la terrasse, on fait vrombir nos cadres carbones sur du fractionné court 🙂

Arrive le Jour J.

Tout se passe bien. Vincent est en grande forme et livrera une très belle course, avec une très belle 98ème place à l’arrivée en 2h51′. Gros vélo pour le garçon, chapeau ! Cette boucle exigeante à 28 de moyenne c’est une belle perf.

Je réussis quant à moi mon challenge, passer sous les 3 heures. L’an passé j’avais fait 3h08′ avec des transitions moyennes et une CAP un peu cramé…

Là j’ai mieux gérer l’effort malgré une natation digne d’une tringle à douche…

À 400 au lieu des 1000 partants de l’an passé, la bagarre n’en a pas été moindre la bonne partie de la natation. Bizarre…

Je réalise un vélo satisfaisant (je double 126 concurrents !) où je ne me suis pas trop entamé afin de pouvoir poser de suite mes allures en CAP. Transitions éclairs. Départ en trombe sur des bases trop rapides pour moi, 4’10″/km… Je corrige vite le tir et termine assez frais mais en ayant donné le max tout de même en 2h59’41 » et à la 145ème place sur 400 partants.

J’espérais (secrètement) finir à moins de 10 minutes de mon pote Vincent, c’est chose faite !

Contrat rempli pour les deux copains de la Wantzenau !

Vincent

Vincent

Brice

Brice

Vincent

Vincent

Brice

Brice

Capture d’écran 2016-08-15 à 19.13.27 Capture d’écran 2016-08-15 à 19.13.52

Lien Permanent pour cet article : http://www.triathlon-wantzenau.org/2016/08/triathlon-cd-embrun-2016/

Août 23

Aquatlon du Lavandou 07.08.2016

2016_05_13_affiche-aquathlonv2

Père et fille n’ont pu résister à l’appel de la compétition pendant les vacances…alors 2 dossards pour l’aquathlon du Lavandou.

Un départ commun pour les jeunes et les adultes sur 2 plages voisines…et une sortie d’eau commune pour rejoindre un parcours pédestre le long du littoral. Une course sympathique qui fait carton plein tous les ans.

Emma gagne facilement dans sa catégorie sur la distance 300m-3km

SWIM RUN TOTAL
23/41 SIEGEL Emma 5min41 16min16 21min56
Emma

Emma

Podium d'Emma

Podium d’Emma

Sur les 261 arrivants du format 600m/7km

SWIM RUN TOTAL
23 SIEGEL Alain 9min29 29min47 39min16
Alain

Alain

Lien Permanent pour cet article : http://www.triathlon-wantzenau.org/2016/08/aquatlon-lavandou-07-08-2016/

Août 21

NORSEMAN 06.08.2016

IL EN A REVE, IL EN A MANGE , IL Y EST ALLE ET IL L’A FAIT….JUSTE ENORME Mr PETER Arnaud

 

image1 (1)

Notre nouveau NORSEMAN

Notre nouveau NORSEMAN

 

Je vous laisse vous régaler avec son compte rendu

 

Un rêve d’aventure…

Samedi 5 aout 2016, 1h30 du mat, le réveil sonne, c’est l’heure ! La voiture, qui va servir de stand de ravitaillement tout au long des 180 km de vélo et des 37,5 premiers kilomètres de CAP (le reste, c’est du trail) est déjà chargée depuis la veille. Petit déj enfilé tranquillement mais pas trop, un bol de riz, un bol de thé et une part de gâteau… Je suis toujours aussi causant, tout entier concentré et tendu comme un arc, pauvre Thierry, qui a quand même pu s’éclater les jours précédents en faisant deux randos dont la plus célèbre de Norvège, celle de Trolltunga. Le stress monte un peu quand la voiture d’un des concurrents, un polonais, logé dans la même auberge de jeunesse que nous (en fait, une pension de jeunes filles toute l’année scolaire reconvertie le temps des vacances en hôtel), ne veut plus démarrer… Pas de pinces croco et avec nos voitures chargées jusqu’à la gueule, impossible de les emmener… Finalement, ce sera taxi pour eux (et un t shirt noir pour celui qui aura eu une belle frayeur)… Arrivé à Eidfjord (le départ du ferry, l’arrivée nat et la T1), je procède comme d’habitude, sans précipitation… Thierry, fort de son expérience sur ses multiples ironman(s), a su me mettre en confiance les jours précédents… « Ce n’est qu’un triathlon, Arnaud, tu es là pour vivre une expérience, pas pour la qualif… »… « Ne te pose pas de questions… Tu es prêt ! ». Et c’est tellement vrai. Toute l’année, j’ai mangé… des heures et des heures d’entrainement, jusqu’à l’overdose, venue juste avant notre départ pour la Norvège… Des moments parfois difficiles mentalement à cause de l’accumulation, de la fatigue et des conditions météo… Juste pas envie par exemple de sortir courir 1h30 à 2h non-stop en maintenant du 14 km/h un lundi soir du mois de mars en rentrant du boulot alors que dehors, c’était brumeux et froid… Et ce retour de l’Elsassman, le 10 juillet précédent… en vélo depuis Ensisheim jusqu’à Souffel, seul, par 36 degrés à l’ombre, en maudissant mon coach et ami Christophe Terzi (mon entraineur de mes premières années de triathlon à Rouen, en Normandie, 11 fois finisher sur ironman et trois fois qualifié pour Hawaii en 2008, 2009 et 2012), un mec simple, toujours à l’écoute, bienveillant et positif, mais qui me chargeait régulièrement après les courses, comme ce soir là où je devais enchainer trois heures de vélo après la course (finalement, ça a été un peu plus !) et où je suis rentré chez moi vers 22 h…

 

Je ne prends pas encore conscience que je suis dedans, que je vis cette course mythique qui me fait rêver depuis des années déjà… La concentration, encore… la même que celle qui me faisait monter dans des avions … et en sauter, sans réfléchir, juste en me concentrant sur ce que je devais faire… il y a longtemps, en école de parachutisme (47 petits sauts à mon actif, entre 2500 et 4000 mètres, bien peu par rapport aux milliers des moniteurs chevronnés). Il est 3 heures, il fait encore nuit, mais les lampadaires et les frontales des concurrents et de l’organisation éclairent tant bien que mal ce parc à vélos tout simple dans lequel je m’applique à déposer mon petit vélo bien chétif par rapport aux super vélos de chrono équipés de Zipp. La veille, compte tenu des conditions météo prévues, j’ai préféré retirer mes cosmic 40 et les remplacer par des ksyrium pro exalith… Et je vais bientôt me rendre compte que c’était le bon choix ! Pas envie de traîner… 3h20, l’embarquement sur le ferry est autorisé… Une photo souvenir avant de monter et hop… J’ai enfilé, comme la plupart des concurrents, ma combi jusqu’à la taille, juste revêtu d’un t shirt, celui du triathlon de la wantz de 2015 et de mon bonnet fétiche arborant fièrement un pompon bleu blanc rouge ! Il ne fait pas froid, une quinzaine de degrés, ou alors c’est le stress qui me maintient à bonne température. Je foule le pont du ferry, celui que l’on peut voir sur toutes les vidéos du Norseman, celui où dans une heure à peu près je vais redescendre (car nous devons tous monter à l’étage passagers pour faire la « traversée ) pour prendre une bonne douche d’eau de mer en sorte d’amuse-gueule… Quelques rencontres comme celle de Xavier, un bordelais qui connait Mathias (notre Mathias, Mathias Schott, parti cette année du club pour revenir dans son pays)… Ambiance sympathique mais tendue… Une file interminable de triathlètes devant les seules et uniques toilettes du ferry ! Et c’est l’heure ! Tous en bas, sur le pont. Il fait toujours nuit… Première « douche », puis une deuxième, un petit échauffement musculaire en faisant tourner les bras… De plus en plus de monde sur le pont… J’ai dû descendre dans les premiers… Concentré, toujours, je me place dans les deux trois rangées de concurrents qui attendent le « jump ». L’eau de la « douche » ne m’a pas paru froide et je suis confiant. L’organisation nous a indiqué la veille que la température de l’eau était de 13 à 14 degrés selon les endroits. C’est beaucoup par rapport à mon entrainement Nat le plus terrible de l’année, trois jours consécutifs en Normandie en décembre, trois « baignades » de 25, 35 puis 45 minutes dans une eau entre 10 et 11 degrés… Finalement, à la Toussaint 2015, la Manche était chaude (trois séances par 14-15 degrés) et début juillet ses 16 degrés me paraissaient une fournaise, à tel point que je me vois encore dézipper le dos de ma combi pour avoir un peu de frais ! Venez nager avec moi dans la Manche en décembre et vous comprendrez que 13-14, c’est tiède ! J’avais voulu essayer 8 degrés en février, mais Christophe, une vraie mère-poule, me l’a formellement interdit ! Nous sommes autorisés à sauter, les uns après les autres, méthodiquement et sous l’œil des membres de l’organisation pour éviter tout accident… Et c’est le grand saut dans le noir… A peine revenu à la surface, je cherche du regard le lieu supposé du départ, un peu difficile car il fait vraiment nuit. Finalement, les frontales des kayakistes apparaissent un peu plus loin formant une ligne à 500 mètres du ferry. J’y vais sans me précipiter en m’appliquant sur mes gestes et en suivant les conseils lus sur internet, s’échauffer le plus possible la tête hors de l’eau, ne pas sprinter, laisser le corps et le cœur s’habituer à l’environnement. Mes bouchons et le bonnet néoprène me maintiennent de toute manière la tête au chaud… Pas de sensation de froid, les entrainements ont payé… Je me place et vais attendre quelques dix minutes sur la ligne de départ. La plupart des concurrents ont fait le choix de se placer le plus près possible du bord du fjord… pas moi… Avec quelques autres, nous nous sommes mis à l’extrémité gauche de la ligne, des places royales, mais mieux vaut ne pas avoir peur du « large ». 5 h et des poussières, le départ est donné, je m’applique dans ma nage en essayant de ne pas m’écarter de mon axe, et c’est un peu difficile car on ne voit … Rien ! Il fait toujours nuit et les seuls repères visuels sont les canoés et les autres concurrents (Eidfjord n’est pas encore visible car le départ se trouve « derrière » une courbe rocheuse)… 4 km, c’est long ! La nuit devient de plus en plus claire… Les lumières d’Eidfjord sont visibles dans le lointain mais la température de l’eau diminue à mesure que l’on se rapproche de l’arrivée. L’organisation nous a prévenu qu’il y avait un courant défavorable… On le sent bien ainsi que les vagues ! Des vagues dans un fjord ! Le vent qui se déchaine depuis la veille transforme cette étendue limpide d’il y a deux jours encore en mer démontée !!! Le meilleur temps natation de la course sera de 59’58’’ !!!!! Et le vainqueur n’aura parcouru ces 4 petits kilomètres qu’en 1h06’11’’ !!!! Les dernières centaines de mètres sont un peu douloureuses avec une crampe qui me saisit dans un mollet, mais, miracle, en essayant de me détendre au maximum tout en nageant, je limite les dégâts et ma sortie de l’eau se passe sans encombre. Les bras bienfaiteurs des membres de l’organisation nous propulsent… Je cours, enlève bonnet et lunettes, dézippe déjà la combi et retrouve Thierry qui va se révéler tout au long de la journée un accompagnateur-assistant-ravitailleur hors pair, un coach, un directeur technique digne de ceux du tour de France, toujours attentif, prévenant, encourageant, boostant… Je ne trouve pas de mots assez forts pour dire à quel point il s’est donné à 100 % et même au-delà. Merci Thierry, merci encore ! Vous auriez dû croiser son regard à l’instant où, encore un peu sonné par la nat, il m’arrache littéralement la combi, les bras puis les jambes, me frictionne (à ma demande) les mollets avec de l’huile de Foucaud, me tend les affaires de vélo les unes après les autres, prenant le soin de « checker » avec moi si tout est ok, si j’ai tout ce qu’il me faut… Faut dire que dans le parc à vélo (sur cette course c’est autorisé), ça a été déshabillage intégral ! A poil ! Je n’en reviens pas du temps affiché lors de ma sortie du parc, 1h25 !!!! J’ai l’impression de ne pas être très bien classé, et pourtant, il reste encore un sacré paquet de vélos ! Je verrai plus tard qu’en fait je suis sorti 58e du parc !

Il fait doux mais comme la pluie est prévue et qu’au sommet du fjord, la température annoncée la veille est de 4 degrés (finalement 5), j’ai préféré enfiler des jambières imperméables sous mon cuissard été, un t shirt technique et un k way, pour l’instant grand ouvert. L’ascension du fjord, qui équivaut à celle du grand ballon, se passe très bien … Particularité de la course, nous traversons plusieurs tunnels (l’éclairage avant et le gilet jaune sont obligatoires). Je remonte quelques concurrents dont Lucas Semblat, un jeune autrefois au club, très sympa. Le sommet se profile peu à peu. Thierry m’y attend mais je n’ai aucune envie de m’arrêter et on se donne rdv plus loin, à Dyranut, qui marque le début d’une longue portion plate ou légèrement descendante au milieu d’un paysage de steppe, de lacs par milliers et de glaciers. Je remets enfin la plaque, ça tourne à toute berzingue avant quelques rampes à 8% où je suis encore à l’aise (les « trois ballons » et « l’Alsacienne » ont payé). Le paysage, je l’ai vu l’avant-veille de course, mais là, ça va pas être possible ! Le brouillard apparait, on ne voit rien à plus de 200 mètres, et un vent à décorner les bœufs souffle, pour l’instant dans le dos, une aubaine ! Et ça caille, vraiment ! Dyranut, fini le k way, j’enfile la thermique comme prévu avec Thierry le jour de la reco… Bon choix. D’autres concurrents ne le font pas et je vais les voir plus haut s’arrêter comme des mouches pour se changer, frigorifiés… Je parcours des kilomètres d’une belle route sinueuse où le 52.12 passe très bien, même dans le brouillard. « Norseman is an experience, not a competition » disait la veille Dag Oliver, le gentil bûcheron organisateur avec lequel je ne sais pas encore que je vais fièrement poser en t shirt noir. Oui, c’est vrai, mais dans l’instant, je fonce et je ne pense qu’à une seule chose, le t shirt ! Le brouillard disparait peu à peu et j’ai de plus en plus confiance… mais la pluie commence à tomber, de plus en plus drue, des hallebardes ou des chiens et des chats comme disent nos voisins grand bretons, un déluge !!! La route devient glissante et le vent, toujours aussi fort, souffle désormais de travers souvent défavorable. Thierry me dira après la course avoir vu les concurrents équipés de vélos de chrono avec jantes hautes faire des écarts hallucinants ! J’avale les kilomètres sans sourciller en prenant soin de prendre (arracher avec les dents serait plus juste) une fois de temps en temps un morceau de sandwich (pain de mie, boursin local et jambon) ainsi qu’un gel et une rasade de Périer dégazéifié (me suis entrainé toute l’année à ce régime là). La pluie battante devient usante vers le km 100 et la sensation de froid dans la première décente vers Geylo me crispe. Mais Thierry est là, toujours prévenant et attentif. Je prends le temps d’avaler quelques gorgées de coca, de mordre dans un nouveau sandwich que j’embarque et de refaire le plein de gels, et ça repart. Thierry écrira que je grimace un peu, et c’est vrai… petit passage dans le dur que le coca et les cols vont me faire oublier. Un col, c’est dur, c’est long, mais dans des conditions climatiques pareilles, ça réchauffe ! Mon vélo avec ses roues légères est taillé pour ça, et rien ne pourra être plus dur que ce p… de petit ballon et l’enchainement avec le platzerwasel de la cyclo « l’Alsacienne ». Le mental reprend le dessus. Je dépose ceux qui m’avaient doublé sur leurs vélos de chrono. Après le quatrième col et ses rampes à 10%, je sens venir la délivrance, le kilomètre 150 ou 152. J’ai le parcours ancré en tête, et je sais qu’ensuite ce sera près de 30 kilomètres de descente dans des virages dangereux et sur une route défoncée d’abord puis sur de longues portions droites mêlant replats et descentes. Dernier ravito avec Thierry vers ce km 152. Je lis la confiance dans ses yeux et lui doit sentir la détermination dans les miens… Je trace… Jamais senti aussi seul, plus de concurrents à part une triathlète en rose et un américain un peu frileux dans la descente… Je prends des risques sur cette route détrempée en lâchant complètement les freins et en appuyant sur les replats… Seul… A tel point qu’à un moment je vais me demander si je n’ai pas loupé un embranchement…

 

Le paysage a changé. La forêt est de plus en plus dense, les derniers 10 kilomètres sont interminables. La pancarte 180 apparait mais pas le parc ! Encore deux trois kilomètres et c’est gagné pour la partie vélo… Petit parc où Thierry m’attend avec toute sa bienveillance et son efficacité redoutables. Il ne fait plus 5 degrés mais 15 et la pluie semble se calmer… On se met de nouveau d’accord pour les ravito, tous les trois kilomètres, et je repars, les jambes légères. En sortant du parc, je découvre enfin mon classement provisoire sur un très grand bloc note à spirales tendu par les bénévoles avec le chiffre… 65. Ca sent bon ! Les entrainements de mon Terzouille, c’est comme ça que j’ai toujours appelé Christophe (Terzi), ont vraiment payé ! Petite erreur, partir avec des bidons à la ceinture… Ils me défoncent le bas du dos à chaque mouvement… Je les refile à Thierry au bout de trois kilomètres, inutiles. Ils m’ont cependant permis de ne pas aller trop vite à la transition… Et de faire ma pause vidange ! Je me suis retenu de faire une pause pipi sur toute la fin du parcours vélo mais là, ça urge et cette vidange va me paraitre interminable. Cinq concurrents me dépassent à cette occasion. Objectif, km 25 et le début de « Zombie Hill » ainsi dénommée par les anciens finishers au t shirt noir car… Ca va monter ! Avec Thierry, tout est bien réglé, une petite gorgée de coca, un peu d’eau et sur la fin, un morceau de banane tous les 3 kilomètres que je digère très bien… Vers le km 20, le Mont Gaustatoppen apparait enfin en fond de vallée, un monstre dressé comme un volcan, pas loin de 2000 m de haut (1883 exactement) alors que les 25 premiers kilomètres de CAP se déroulent aux alentours de 300 m d’altitude. Il se dresse devant vous en vous narguant et en vous rappelant à la réalité : c’est la haut que le t shirt noir se mérite, la course est loin d’être finie ! J’ai maintenu jusqu’à présent un rythme régulier à 12 km/h environ, mais là ça ne va plus être possible… Courir sur des rampes entre 8 et 12 %, ça se fait, n’importe quel coureur qui n’a jamais fait de triathlon et encore moins une distance pareille vous le dira, mais là, non… Je vais essayer mais en me rendant à l’évidence que si je veux arriver au sommet, il faut gérer et … marcher, marcher vite mais marcher, déterminé à atteindre la barrière, celle du 32eme kilomètre et encore celle du km 37,5. Thierry lui y arrive, espèce de racaille ! Je le vois venir vers moi en courant, me filer de quoi manger et boire, repartir… en courant sur ces mêmes rampes ! Je viens de passer la pancarte « 30 » depuis quelques temps. Je suis seul. Thierry est parti garer la voiture au parking du 32e (au-delà c’est interdit par le règlement de course). Entre temps, j’ai échangé avec lui mes running ultra légères pour mes chaussures de trail. Au détour d’un virage, je vois l’extrémité de la pancarte routière indiquant ce fameux parking… Je n’y suis pas encore mais je me mets à pleurer en essayant tant bien que mal de retenir mes larmes. Ca y est ! Tu l’as fait ! La course n’est pas finie mais tu y es à cette fameuse barrière, celle dont tu parles depuis le début de cette préparation titanesque, celle qu’on peut voir dans ce reportage d’Intérieur sport sur Canal +, reportage devenu mythique chez les triathlètes, celle où le t shirt se joue, noir pour les 160 premiers ( mais dans un temps limite de 14h30), blanc pour les suivants qui vont terminer la course au lieu-dit Gaustablikk, sur une sorte de plateau. Ca y est. Les bénévoles présents sur place me félicitent et m’encouragent comme tous les Norvégiens que nous avons pu croiser du début à la fin de la course aux cris presque sioux de « Aya aya aya… ». A y est ! Thierry ne me quitte plus désormais, chacun avec un sac à dos contenant des effets obligatoires (vêtements chauds et imperméables, gants, bonnet, couverture de survie, lampe frontale, un litre d’eau chacun et de quoi manger…). Sur le seul replat de cette portion de parcours, je me mets à recourir doucement, sous les encouragements, les conseils de Thierry. Nous doublons ainsi quelques concurrents (d’autres nous doublent aussi). Dernière barrière, km 37,5… Une grande arche digne des lignes d’arrivée auxquelles sous sommes habituées, une vrai barrière, matérielle, avec vérification intégrale du sac et de ce qu’il doit contenir. Cette barrière est aussi horaire (aucun concurrent ne peut la franchir au-delà de 15h30 de course). Maintenant la partie trail commence… Gentiment d’abord, un mélange de terre et de caillasse qui devient rapidement du 100% caillasse, des éboulis à n’en plus finir. Ce Mont Gaustatoppen me rappelle certaines portions du GR 20 en Corse (trois à mon actif)… mais dans la brume et le froid. Le vent nous fouette et nous déstabilise parfois. Thierry galope comme un bouquetin et je me mets dans le rythme, un rythme de marche ascensionnelle rapide, cherchant sans arrêt où poser le pied sans se tordre la cheville… Toujours ces encouragements des randonneurs norvégiens ou de « support crews » redescendant dans la vallée.. « Aya, aya, aya »… Le sommet, bien qu’embrumé, se profile à travers l’écho des encouragements et des félicitations des bénévoles accueillant les finishers à l’arrivée… Et les marches, les marches pour moi mythiques, apparaissent enfin ainsi que la petite cahute de l’arrivée… Derrière moi, un autre concurrent arrive et me talonne (Thierry me dira ensuite qu’il ne s’agissait que de son accompagnateur). Hors de question de me faire gratter avant la ligne… Je monte ces dernières marches à pas de géants en oubliant presque Thierry qui filme en même temps et finit par lancer « mais c’est qu’il monte vite ce con ! », après m’avoir vu me remettre à courir et semer ce concurrent indélicat pour fouler enfin ce tapis noir et entendre à mon tour les applaudissements des bénévoles. La soupe chaude qu’ils servent est la bienvenue sur ce sommet où le thermomètre ne dépasse pas 3-4 degrés.

 

Je l’ai fait, mais je n’en suis pas pleinement conscient… 63e au scratch en 13h59’28’’ (66e sur le classement des hommes en t shirt noir) sur les 250 concurrents du départ. C’était un rêve, un rêve d’aventure, comme d’autres dans ma vie, celui de devenir officier dans l’armée de terre il y a longtemps, celui de faire de la chute libre, et plus tard de faire du triathlon. La Norvège est un beau pays que nous avons découvert avec Thierry, un peu pluvieux, mais beau… Des paysages magnifiques, des fjords déchiquetés par lesquels nous sommes arrivés jusqu’à des étendues de steppe aux pieds de langues de glace imposantes… Dépaysement garanti, quand en pleine épreuve vélo, vous croisez des Norvégiens en sens contraire faisant du skating (du ski de fonds sur roulettes) sur la route ! Nous verrons avec Thierry les derniers concurrents terminer leurs 42 km de CAP juste avant minuit en 18h53’ et mériter eux aussi leur fameux t shirt, blanc peut-être, mais un t shirt de Norseman quand même, méritant autant les félicitations que les premiers pour avoir été jusqu’au bout de cette épreuve dantesque à tous les niveaux, distance, dénivelé, conditions climatiques. Je ne remercierais jamais assez Thierry de m’avoir épaulé de cette manière lors de cette course. Merci à tous ceux qui m’ont adressé un petit mot d’encouragement avant la course et plus encore après, car c’est en vous lisant que j’ai commencé à prendre un peu la mesure de ce que j’avais réalisé… Merci…. Et à bientôt…  Pour de nouvelles aventures !

Arnaud

13996216_1088085051228194_2872189608560273915_o13962938_10208929051796424_4485258635184868096_o13913958_10208929052476441_6023075042940079662_o 13975463_10208929576169533_8645506742102937210_o13942242_10207088483401176_1659047824_n

Lien Permanent pour cet article : http://www.triathlon-wantzenau.org/2016/08/norseman-06-08-2016-2/

Août 21

Triathlon Freiburg 17.07.2016

Moins de Wantzenauviens à cette édition du triathlon de Freiburg pour l’été 2016. Paul et Brian étaient de la partie avec toujours autant de plaisir, juste gâché par la médaille en chocolat pour Paul.

 

117 arrivants pour la distance : 1/40/10 km

 

SWIM BIKE RUN TOTAL
105 FISCHER Paul 26min50 1h18:18 1h03:05 2h41:13
115 ADAMSON Brian 27min57 1h17:17 1h05:59 2h51:13
Paul

Paul

Brian

Brian

Brian : matez son N°

Brian : matez son N°

Paul

Paul

Lien Permanent pour cet article : http://www.triathlon-wantzenau.org/2016/08/triathlon-freiburg-17-07-2016/

Juil 18

Altriman Sprint 8 Juillet 2016

téléchargement

En marge de leurs vacances estivales, Stéphane est allé s’éclater sur la distance S du désormais célèbre Altriman dans les Pyrénées. Manifestation de choix vu qu’elle propose l’Altriman, le half, le Cd, le S et le découverte.

 

Sur les 172 classés pour 750m/18km/5km

 

SWIM BIKE RUN TOTAL
65 FISCHBACH Stéphane 15min23 39min29 30min35 1h28:22

DSCN2256

Stéphane

Stéphane

Stéphane

Stéphane

Stéphane

Stéphane

Bravo Stéphane et encore bonnes vacances!

Lien Permanent pour cet article : http://www.triathlon-wantzenau.org/2016/07/altriman-sprint-juillet-2016/

Articles plus anciens «